Priorités de la FCFA

Un appui aux francophones dans le respect de leurs réalités et besoins spécifiques

Vivre en français en milieu minoritaire, ce n’est pas comme vivre en anglais en milieu majoritaire. Nos réalités sont différentes. Cependant, la plupart des programmes et des services du gouvernement fédéral sont conçus pour la majorité. Il faut que le gouvernement nous appuie en nous offrant des services qui sont adaptés à nos réalités et à nos besoins spécifiques.

Ce que ça veut dire :

  • Des mesures spécifiques pour appuyer l’immigration francophone

    Le problème :

    Chaque année, moins de 2 % des immigrants qui s’installent à l’extérieur du Québec sont des francophones. Si on continue sur cette lancée, le poids démographique de nos communautés rétrécira de plus en plus et il est possible que les francophones perdent accès à certains services dans leur langue. De plus, nos communautés comptent sur l’immigration pour recruter des travailleurs francophones qualifiés afin de remplir des postes-clé dans nos écoles, nos services de santé, nos organismes communautaires, etc.

    Au cours des dernières années, le gouvernement fédéral a éliminé toutes les mesures qui donnaient un coup de pouce à nos communautés sur le plan de la promotion à l’étranger et du recrutement des immigrants de langue française. Par exemple, il n’existe plus de mesure qui inciterait les employeurs dans nos communautés, quand ils recrutent à l’étranger, à choisir des travailleurs francophones plutôt qu’anglophones.

    La solution :

    Des mesures spécifiques à nos communautés, qui permettent de recruter davantage d’immigrants francophones – par exemple, des incitatifs pour les employeurs afin qu’ils choisissent des travailleurs qualifiés francophones et bilingues.

  • Un soutien aux stations de Radio-Canada dans nos communautés

    Le problème :

    Avec les coupures budgétaires successives, Radio-Canada a perdu la capacité de remplir son mandat. Un rapport d’expert publié conjointement par les gouvernements de l’Ontario et du Québec ce printemps en fait la preuve. Depuis 2009, ces coupures successives ont mis à mal les ressources des stations régionales de Radio-Canada dans nos communautés. Des pans entiers de la couverture locale en français ont disparu ou sont en voie de disparaître.

    Les francophones en milieu minoritaire n’ont pas le luxe de pouvoir changer de poste pour aller chercher ailleurs leur programmation locale en français. À l’extérieur du Québec, la Télévision de Radio-Canada est le plus souvent la seule à offrir cette programmation. Pour bon nombre d’endroits qui n’ont pas la chance d’avoir une radio communautaire, les stations régionales de la Première Chaîne sont encore les seules à offrir des informations radiophonies sur notre milieu immédiat.

    La solution :

    Il faut que le prochain gouvernement s’engage à réinvestir dans CBC/Radio-Canada afin que notre diffuseur public ait de nouveau les moyens de remplir son mandat, notamment au niveau régional.

Investir dans les organismes, institutions, activités et services par et pour les francophones

Partout au pays, les francophones ont créé des organismes et des institutions faits sur mesure pour répondre à leurs besoins. Le gouvernement fédéral doit travailler avec ces organismes et institutions conçus par et pour nos communautés et s’assurer qu’ils aient les ressources adéquates pour donner aux francophones les activités et les services de qualité qu’ils méritent. Ces organismes et institutions animent la vie en français et la vitalité de nos communautés repose en grande partie sur leur capacité d’action.

Ce que ça veut dire :

  • Un meilleur financement pour mon centre communautaire ou culturel, mon journal, ma radio communautaire, etc.

    Le problème :

    Si les francophones ont des activités et des services en français qui répondent à leurs besoins, c’est grâce aux centres communautaires et culturels, aux services de santé, aux journaux et radios communautaires, aux services d’aide à l’emploi et à l’éducation des adultes, etc., qui ont été créés par et pour nos communautés. Or, la grande majorité d’entre eux fonctionnent avec des budgets insuffisants pour faire leur travail. Dans plusieurs cas, les investissements gouvernementaux qu’ils reçoivent sont les mêmes depuis plus de 10 ans alors que le coût de la vie a augmenté.

    La solution :

    Augmenter les investissements dans les organismes et les institutions qui offrent ces activités et ces services en français.

  • Reconnaître que nos organismes et institutions sont les partenaires naturels dans le développement de nos communautés

    Le problème :

    Depuis deux ou trois ans, une nouvelle tendance est apparue dans l’approche de financement du gouvernement fédéral. Pour appuyer la vie en français en milieu minoritaire, le gouvernement ne travaille plus nécessairement avec nos organismes et institutions. Il fait de plus en plus souvent affaire avec des organismes ou entreprises de langue anglaise ou du Québec, qui ne connaissent pas nos communautés et n’offrent pas des services qui répondent aux besoins des francophones.

    La solution :

    Une reconnaissance explicite, par le prochain gouvernement, que les organismes et les institutions créés par et pour les francophones sont ceux qui connaissent le mieux les besoins et les réalités de nos communautés et qu’ils sont les partenaires naturels pour l’appui au développement de celles-ci.

Le plein respect de la Loi sur les langues officielles et des droits linguistiques des citoyens francophones

Plus de 45 ans après son entrée en vigueur, la Loi sur les langues officielles n’est toujours pas respectée. Ceux et celles qui voyagent avec Air Canada ou qui tentent de se faire servir en français à l’aéroport ou aux bureaux de Service Canada le savent trop bien. Il arrive trop souvent que les francophones ne demandent même plus à être servis en français même s’ils en ont le droit. Il faut que ça change.

Ce que ça veut dire :

  • Une directive claire du prochain gouvernement à l’appareil fédéral : désormais, rien de moins que l’excellence ne sera acceptable

    Le problème :

    En matière d’application de la Loi sur les langues officielles, chaque institution fédérale est, dans une large mesure, laissée à elle-même. Comme résultat, plusieurs ministères et agences font le strict minimum et dans certains cas ne rencontrent même pas les obligations linguistiques minimales.

    La solution :

    Le Premier ministre du Canada est ultimement responsable de l’application de la Loi sur les langues officielles à travers l’ensemble de l’appareil fédéral. Il faut qu’il émette une directive claire à l’ensemble des institutions du gouvernement : désormais, les manquements ne seront plus tolérés et rien de moins que l’excellence ne sera acceptable.

Priorités de nos membres

Les aînées et aînés

La Fédération des aînées et aînés francophones du Canada (FAAFC) a établi les cinq priorités suivantes pour les élections fédérales :

  • Ajout d’un crédit d’impôt de 500 $ à l’activité physique chez les aînés comme cela existe présentement pour les jeunes
  • Augmentation du plafond de 3 à 7 000 $ de revenus d’emploi avant que le Supplément de revenu garanti ne soit affecté
  • Mise en place d’un régime universel d’assurance médicaments au Canada
  • Nouveau transfert fédéral pour le soutien et les soins à domicile et l’appui aux proches aidants sans que ne soit affecté à la baisse le montant total du transfert en santé
  • Mise en place d’une stratégie nationale pour contrer les effets du vieillissement d’ici les prochaines années.
Visitez le site de la FAAFC pour en savoir plus

L'alphabétisation et le développement des compétences

Le Réseau pour l'alphabétisme et le développement des compétences (RESDAC) fait partie d'un groupe et d'organisations nationales qui, sous l'égide du Centre de documentation sur l'éducation des adultes et la condition féminine (CDEACF), a demandé aux partis politiques de se positionner sur les sept propositions suivantes:

  1. S’engager à assumer un leadership fort et positif en faveur de l’alphabétisation des adultes et du développement des compétences, dans le respect de la juridiction fédérale;
  2. Développer une stratégie intergouvernementale et intersectorielle d’alphabétisation et de développement des compétences, c’est-à-dire :
    1. avec les provinces et les territoires ainsi que les organisations et les réseaux
    2. dans un esprit de responsabilité partagée et
    3. en tenant compte des réalités des provinces et territoires ainsi que des besoins des communautés de langues officielles en situation minoritaire et des peuples autochtones;
  3. Respecter les obligations constitutionnelles concernant les droits linguistiques des Canadiennes et des Canadiens francophones vivant en situation minoritaire;
  4. Financer une infrastructure stable pour soutenir et partager l’expertise et les meilleures pratiques en éducation des adultes et développement des compétences à travers le Canada et ce, afin de mieux répondre aux besoins d'apprentissages divers et multiples des adultes;
  5. Intégrer l’alphabétisation et le développement des compétences dans les politiques sectorielles pertinentes (ex. : développement de l’emploi, autochtones, justice et réhabilitation, santé, environnement, culture, promotion des langues officielles, etc.);
  6. Favoriser le financement de l’alphabétisation et du développement des compétences à partir de la caisse de l’Assurance-emploi et de la Subvention canadienne pour l’emploi.;
  7. Mettre en œuvre les engagements du Canada sur la scène internationale en éducation des adultes (Cadre d'action Éducation 2030 de l'UNESCO (2015), la Recommandation sur le développement de l’éducation des adultes (2015), Cadre d'action de Bélem (2009), et la Déclaration de Hambourg sur l'éducation des adultes 1997).
Visitez le site du CDEACF pour en savoir plus

La culture

La Fédération culturelle canadienne française (FCCF) a établi trois priorités pour le secteur des arts et de la culture dans le cadre des élections fédérales :

  1. Pilier de développement : Que le gouvernement fédéral reconnaisse le secteur des arts et de la culture comme un pilier du développement des communautés francophones et acadiennes. Qu’il engage les institutions fédérales ainsi que les agences sous sa responsabilité à renforcer leur appui aux artistes, aux organismes culturels ainsi qu’aux industries culturelles qui participent activement à la vitalité artistique, culturelle et économique de ces communautés.
  2. Financement du secteur : Que le gouvernement maximise les moyens dont il dispose pour permettre aux organismes d’accroître le nombre de leurs ressources humaines ainsi que les occasions de formation et de développement professionnel qui sont mises à leur disposition afin d’entraîner un développement sensible du secteur des arts, de la culture et des industries culturelles dans les communautés francophones et acadiennes.
  3. Infrastructures culturelles : Que le gouvernement fédéral s’engage auprès du milieu artistique et de la population canadienne pour bonifier les budgets dédiés aux grandes institutions fédérales comme le Conseil des arts du Canada et la Société Radio-Canada.
Visitez le site de la FCCF pour en savoir plus

La jeunesse

La Fédération de la jeunesse canadienne-française (FJCF) a établi cinq priorités dans le cadre de sa plateforme par et pour la jeunesse :

  1. Le vote à 16 ans : Que le gouvernement entreprenne une réforme de la Loi électorale du Canada afin de baisser à 16 ans l’âge légal pour voter.
  2. L’éducation postsecondaire en français : Que le gouvernement renforce l’accès à l’éducation postsecondaire de qualité en français, partout au pays.
  3. La gestion responsable de l’environnement : Que le gouvernement adhère aux principes d’une économie verte.
  4. L’avenir de la Loi sur les langues officielles : Que le gouvernement actualise la Loi et révise sa mise en œuvre pour assurer sa pertinence pour assurer sa pertinence pour la francophonie canadienne.
  5. L’employabilité des jeunes : Que le gouvernement rehausse l’accès aux emplois et aux occasions de formation pour les jeunes partout au pays en doublant son investissement annuel dans la Stratégie emploi jeunesse.
Visitez le site de la FJCF pour en savoir plus

Durant la campagne électorale, la FCFA surveille de près tout ce que disent les partis par rapport à la dualité linguistique, à la francophonie canadienne, aux langues officielles et aux priorités des communautés francophones et acadiennes. Notre objectif est d’informer le mieux possible les citoyens et les citoyennes de langue française qui iront voter le 19 octobre. Cliquez ci-dessous pour en savoir plus!

Déclarations des chefs et des candidats

  • Parti conservateur du Canada

    [Un gouvernement conservateur réélu] « continuera à reconnaître le rôle central joué par le Québec dans la création du Canada - ce pays né en français dans la ville de Québec - et nous allons continuer à souligner ce rôle alors que nous nous préparons à célébrer le 150e anniversaire de la Confédération. De la même manière, nous veillerons au respect des langues officielles et à la préservation du patrimoine historique du Québec».

    Stephen Harper, chef du Parti conservateur, lettre au premier ministre du Québec Philippe Couillard (cité par le quotidien La Presse, 19 septembre 2015)

    « Le fait français au Canada c’est très, très, très important pour le Parti conservateur, Stephen Harper a toujours été un champion de cette cause-là, et surtout des francophones en zone minoritaire ».

    Maxime Hupé-Labelle, candidat, Argenteuil - La Petite Nation, 22 septembre 2015

    « Les batailles linguistiques qu'on avait, je crois que ce sont des faits accomplis. Les droits linguistiques sont reconnus et on constate la forte demande pour l'éducation en français. Il y a d'autres enjeux que les francophones regardent (...) Quand on se demande si on peut commander un 7-Up dans un avion d'Air Canada, disons qu'on commence à chercher des batailles moins importantes. Les grandes questions sont largement réglées, même si on peut toujours faire mieux. La dualité linguistique du Canada est un fait accompli et tout le monde le sait ».

    Bernard Trottier, candidat, Etobicoke-Lakeshore, 28 septembre 2015

  • Nouveau Parti démocratique

    « On a pris fait et cause pour les Franco-Ontariens et on a élargi la définition de l’article 23 de la Charte pour reconnaître les commissions scolaires et pas juste les écoles. C’est la même vision que je vais toujours avoir (…) Je vais toujours essayer d’augmenter les droits des minorités linguistiques. Dans un pays où on se vante d’avoir deux langues officielles, il faut protéger les deux ».

    Thomas Mulcair, chef du NPD, 24 août 2015

    « Les Canadiens et les Canadiennes vont trouver un champion des langues officielles en la personne de Thomas Mulcair (…) C’est une culture et une langue très importante sur laquelle notre pays est basée. Il faut protéger cette histoire et protéger les droits des citoyens d’avoir les services dans les deux langues officielles »

    Peggy Nash, candidate, Parkdale-High Park, 24 août 2015

    « C’est vraiment important de protéger les droits minoritaires et au Canada, c’est facile d’oublier quand on est à Ottawa ou bien Québec combien les francophones sont minoritaires dans ce pays. Et dans cette région-ci, j’aimerais voir la ville d’Ottawa devenir une ville officiellement bilingue pour exactement cette raison ».

    Émilie Taman, candidate, Ottawa-Vanier, 22 septembre 2015

  • Parti libéral du Canada

    «Le Parti libéral a toujours été le parti du bilinguisme officiel, il a toujours été le parti des minorités linguistiques. Nous allons continuer de l’être (…) Malheureusement au cours des dix dernières années sous M. Harper, [la Loi sur les langues officielles] a été ignorée, bafouée et négligée. Nous avons besoin d’avoir un gouvernement pour qui le respect de cette diversité et le respect de nos minorités linguistiques officielles est un principe de base».

    Justin Trudeau, chef du PLC, 9 septembre 2015

    « Un gouvernement libéral va faire en sorte que la réglementation qui devait suivre [la Feuille de route sur les langues officielles] soit appliquée afin de revigorer le plan d’action ».

    Mauril Bélanger, candidat, Ottawa-Vanier, 9 septembre 2015

    « Monsieur Harper parle être un champion, mais l’action dit quelque chose d’autre. La Feuille de route qui appuie les communautés francophones hors Québec n’a pas augmenté depuis 2008. Pour moi, je suis fier que Justin Trudeau appuie les juges bilingues à la Cour suprême. C’est un premier signe, un signe symbolique dans un pays bilingue ».

    Francis Drouin, candidat, Glengarry-Prescott-Russell, 22 septembre 2015

  • Parti vert du Canada

    « Le Parti vert est en faveur de la décision de faire d’Ottawa une ville vraiment bilingue par la loi. C’est clair que dans la vie quotidienne, c’est vraiment une ville bilingue. »

    Elizabeth May, chef du Parti vert, 17 septembre 2015

Plateformes des partis

Au fur et à mesure que les plateformes des partis seront publiées, la FCFA en fera l’analyse et ressortira les éléments et les engagements qui visent particulièrement les citoyens et les citoyennes francophones vivant en milieu minoritaire. La FCFA publiera également, vers la fin de la campagne, un tableau résumant où se situent les partis sur les enjeux de nos communautés.

Correspondance des partis avec la FCFA, ses membres et les citoyens francophones

  • Parti conservateur du Canada

    • 27 juillet – Lettre de la FCFA au Parti conservateur concernant l'avenir de CBC/Radio-Canada Cliquez ici
    • 31 août - Lettre de la Fédération acadienne de la Nouvelle-Écosse aux quatre principaux partis fédéraux : invitation à un débat des candidats et questionnaire sur les enjeux de l'Acadie de la Nouvelle-Écosse Cliquez ici
    • Ajouté le 26 septembre -Réponse du candidat conservateur Ryan Leef au questionnaire de l'Association franco-yukonnaise Cliquez ici
  • Nouveau Parti démocratique

    • 27 juillet – Lettre de la FCFA au Nouveau Parti démocratique concernant l'avenir de CBC/Radio-Canada Cliquez ici
    • 27 août - Réponse du NPD à la Fédération de la jeunesse canadienne-française Cliquez ici
    • 31 août - Lettre de la Fédération acadienne de la Nouvelle-Écosse aux quatre principaux partis fédéraux : invitation à un débat des candidats et questionnaire sur les enjeux de l'Acadie de la Nouvelle-Écosse Cliquez ici
    • 21 septembre - Réponse du NPD aux organismes en alphabétisation et développement des compétences Cliquez ici
    • 23 septembre – Réponse du NPD à des questions envoyées par un électeur franco-albertain (reçu par le biais de l'Association canadienne-française de l'Alberta) Cliquez ici
    • 24 septembre - Réponse du NPD au questionnaire de la Fédération acadienne de la Nouvelle-Écosse Cliquez ici
    • 24 septembre - Réponse du NPD aux demandes d'engagements de la FCFA Cliquez ici
    • Ajouté le 26 septembre - Réponse du NPD au questionnaire de l'Association franco-yukonnaise Cliquez ici
    • Ajouté le 15 octobre - Réponse du NPD à la lettre de la FCFA concernant l'avenir de CBC/Radio-Canada Cliquez ici
  • Parti libéral du Canada

    • 27 juillet – Lettre de la FCFA au Parti libéral concernant l'avenir de CBC/Radio-Canada Cliquez ici
    • 31 août - Lettre de la Fédération acadienne de la Nouvelle-Écosse aux quatre principaux partis fédéraux : invitation à un débat des candidats et questionnaire sur les enjeux de l'Acadie de la Nouvelle-Écosse Cliquez ici
    • 12 septembre - Réponse du Parti libéral à la FCFA concernant l'avenir de CBC/Radio-CanadaCliquez ici
    • 15 septembre - Réponse du Parti libéral à un citoyen franco-albertain concernant les enjeux reliés à la francophonie et aux langues officielles Cliquez ici
    • Ajouté le 26 septembre - Réponse du Parti libéral au questionnaire de l'Association franco-yukonnaise Cliquez ici
    • 29 septembre - Réponse du Parti libéral à la Fédération de la jeunesse canadienne-française Cliquez ici
    • Ajouté le 5 octobre - Réponse du Parti libéral au Réseau pour le développement de l'alphabétisme et des compétences (RESDAC) Cliquez ici
  • Parti vert du Canada

    • 31 août - Lettre de la Fédération acadienne de la Nouvelle-Écosse aux quatre principaux partis fédéraux : invitation à un débat des candidats et questionnaire sur les enjeux de l'Acadie de la Nouvelle-Écosse Cliquez ici
    • 22 septembre – Réponse du Parti vert à des questions envoyées par un électeur franco-albertain (reçu par le biais de l'Association canadienne-française de l'Alberta) Cliquez ici

Analyse des positions des partis

La FCFA a lu attentivement les plateformes des partis, leurs réponses aux questionnaires et lettres des organismes et citoyens francophones, ainsi que les déclarations de chefs et des candidats. Vous trouverez dans les tableaux ci-dessous notre analyse des positions des quatre principaux partis sur les enjeux d'intérêt pour les électeurs des communautés francophones et acadiennes.

Analyse comparative : ce que les partis proposent...

Tableaux d'analyse par parti

Ensemble, les francophones vivant dans neuf provinces et trois territoires font 2,6 millions de fois la différence! Dans 29 circonscriptions, nous formons au minimum 5 % de la population, et c’est sans compter plusieurs autres circonscriptions où notre vote peut décider d’une lutte serrée!

Ne laissez personne vous dire que votre vote ne changera rien. Informez-vous sur les enjeux et sur les positions des partis. Posez des questions à vos candidats et à vos candidates. Exigez des réponses de leur part… parce que vous êtes citoyen.ne francophone et vous comptez!

Qui sont les candidat.e.s dans ma circonscription?

Pour connaître les candidat.e.s des principaux partis dans votre circonscription, consultez les pages suivantes :

Vous ne connaissez pas le nom de votre circonscription? Trouvez-la sur le site d’Élections Canada en entrant votre code postal.

Parlez de francophonie aux candidat.e.s

Un.e des candidat.e.s dans votre circonscription vient sonner à votre porte, ou encore mieux, vous avez décidé d’aller faire un tour au BBQ familial qu’il ou elle organise. Bravo! Voici votre chance de lui dire que vous parlez français et de lui parler de VOTRE réalité, de VOS besoins et de VOS attentes comme citoyen.ne francophone. Voici quelques messages généraux qui pourront vous aider!

    Dites bonjour!

    La première chose que les candidat.e.s et les représentant.e.s des partis doivent savoir, c’est que les francophones sont présents dans la circonscription et qu’ils votent eux aussi. Un simple « bonjour! » avec un sourire fait des merveilles pour accomplir cet objectif.

    Ce qu’on veut : qu’on nous donne ce dont on a besoin pour vivre en français

    Une fois le contact établi, votre interlocuteur ou interlocutrice voudra peut-être en savoir plus sur ce que veulent les citoyens et citoyennes francophones comme vous et de quelle manière il peut aller chercher votre vote. Nos suggestions :

    • J’ai besoin de services et d’activités en français qui nous rejoignent, moi et ma famille, dans notre vie de tous les jours. Je veux pouvoir m’informer en français, me divertir en français, me faire soigner en français. Je veux que mes enfants aient la possibilité de s’éduquer en français, de la garderie à l’école primaire et secondaire et jusqu’au collège et à l’université.
    • J’ai besoin que mon gouvernement appuie mon centre communautaire, mon association francophone locale, ma radio et mon journal communautaires, mon festival francophone local, etc. Dans ma communauté, on s’est pris en main et on a créé ce qu’il nous fallait pour vivre en français. On s’est donné des centres communautaires et culturels, des radios, des journaux, des associations et des événements en français qui sont faits par nous, pour nous. Mais toutes ces institutions manquent de moyens. Je veux que mon gouvernement investisse pour qu’elles puissent travailler à mieux répondre à mes besoins.
    • J’ai besoin que mon gouvernement s’engage à respecter la Loi sur les langues officielles. Chaque fois que je me fais dire « Sorry, I don’t speak French » à l’aéroport, ce sont mes droits qu’on brime. On n’accepterait jamais des infractions systématiques à la loi qui nous oblige à boucler notre ceinture de sécurité en voiture. Mais pour la Loi sur les langues officielles, ça fait 45 ans qu’on tolère qu’elle ne soit pas appliquée comme il faut partout au pays. Je demande le respect, rien de plus mais rien de moins.

Les débats des chefs

Suivis au débat Radio-Canada / La Presse du 24 septembre : faites-vous entendre!

Vous avez été nombreux à exprimer votre frustration de voir que les francophones à l'extérieur du Québec ont été complètement ignorés durant le débat des chefs présenté par Radio-Canada et La Presse. Voici ce que vous pouvez faire à ce sujet :

Pour référence, vous pouvez aussi consulter la plainte déposée à l'ombudsman de Radio-Canada par la FCFA, ainsi que la réponse de la Direction générale de l'information de Radio-Canada.

Interpeller les partis sur les médias sociaux

Vous avez des questions pour les partis politiques sur des enjeux qui vous tiennent à cœur? Voici comment communiquer avec les principaux partis et leurs chefs sur les médias sociaux. Nous avons également préparé une liste des comptes Facebook et Twitter des candidats et candidates dans 30 circonscriptions ciblées par la FCFA : Cliquez ici pour la consulter

Facebook

Twitter

  • Parti conservateur du Canada : @PCC_HQ
  • Nouveau Parti démocratique : @NPD_QG
  • Parti libéral du Canada : @parti_liberal
  • Parti vert du Canada : @LesVertsCanada
  • Stephen Harper, chef du Parti conservateur : @premierministre
  • Thomas Mulcair, chef du NPD : @ThomasMulcair
  • Justin Trudeau, chef du Parti libéral : @JustinTrudeau
  • Elizabeth May, chef du Parti vert : @MayElizabeth

Vérifier si vous êtes inscrit pour voter

Le Service d’inscription en ligne des électeurs développé par Élections Canada vous permet de vérifier si vous êtes inscrit.e pour voter, mettre à jour l’adresse qui figure à votre dossier, ou encore vous inscrire pour voter si vous ne l’êtes pas déjà.

Pour accéder au Service d’inscription en ligne des électeurs, cliquez ici.

Comment vous identifier au bureau de vote

Il est toujours recommandé d’amener votre carte d’information de l’électeur lorsque vous allez voter, mais en vertu des changements récents à la Loi électorale, vous ne pouvez plus utiliser cette carte pour vous identifier au bureau de scrutin. Il y a cependant plusieurs façons de confirmer votre identité. Pour les connaître, visitez cette page sur le site d’Élections Canada.

Vos droits comme francophone

En tant qu’électeur ou électrice, vous avez le droit de communiquer et d’obtenir des services en français dans tous les centres et bureaux de scrutin fédéraux au Canada, peu importe où vous habitez. Ce droit vous est garanti par la Loi sur les langues officielles.

Cela ne signifie pas que les employés dans les bureaux de scrutin doivent tous être bilingues. Mais Élections Canada a la responsabilité de s’assurer qu’un nombre adéquat de fonctionnaires et de travailleurs électoraux sont en mesure d’offrir le service ou de communiquer dans les deux langues officielles. Autrement dit, votre bureau de scrutin doit s’assurer que quelqu’un soit en mesure de vous servir en français.

Quoi faire si vous ne parvenez pas à vous faire servir en français

Élections Canada est à la recherche de fonctionnaires électoraux bilingues

Vous êtes intéressé.e à travailler au bureau de scrutin dans le cadre des élections fédérales? Élections Canada recherche des travailleurs bilingues dans toutes les régions du pays! Pour postuler, cliquez ici

Communiqués et déclarations

La campagne dans nos communautés

Dans chaque région du pays, les communautés francophones se mobilisent et organisent des activités durant la campagne électorale, qu’il s’agisse de débats des candidats au niveau local ou de visionnements en groupe des débats des chefs. Au fur et à mesure que les renseignements (date, lieu, etc.) sur ces activités se confirment, nous les afficherons ici.

  • Dartmouth (Nouvelle-Écosse), 21 septembre : Débat des candidats - La Fédération acadienne de la Nouvelle-Écosse (FANE) organise ce débat qui aura lieu à 18 h à la Maison acadienne (54, rue Queen) à Dartmouth. La FANE a invité des représentants du Parti conservateur, du Nouveau Parti démocratique, du Parti libéral et du Parti vert à participer à ce débat. Cliquez ici pour plus de renseignements
  • Ottawa (Ontario), 24 septembre : Débat Party - La Fédération culturelle canadienne française (FCCF), en partenariat avec la Coalition canadienne des arts, invite la population à un visionnement public du débat des chefs en français, à compter de 19 h à la Cour des Arts (2, avenue Daly) à Ottawa.
  • Saint-Boniface (Manitoba), 24 septembre : visionnement du débat des chefs - Le Conseil jeunesse provincial (CJP) invite la population à un visionnement public du débat des chefs en français, à l'Université de Saint-Boniface.
  • Edmonton (Alberta), 24 septembre : 5 à 7 franco et visionnement du débat des chefs - Le Campus Saint-Jean, en partenariat notamment avec l'Association canadienne-française de l'Alberta (ACFA), Francophonie jeunesse de l'Alberta, invite la population à un visionnement du débat des chefs, dès 17 h au Salon des étudiants du Campus. Le tout sera suivi d'une discussion animée par Sylvain Bascaron de Radio-Canada. Cliquez ici pour plus de renseignements
  • Whitehorse (Yukon), 26 septembre : Forum électoral en français - L'Association franco-yukonnaise (AFY) a invité les candidats yukonnais des quatre principaux partis à participer à ce forum. Tous ont confirmé leur présence. Le forum a lieu à 10 h 45 au Coast High Country Inn, dans le cadre de l'assemblée générale de l'AFY, et est ouvert à tous. Cliquez ici pour plus de renseignements
  • Saint-Boniface (Manitoba), 30 septembre : Forum des candidats et candidates de la circonscription de Saint-Boniface - Saint-Vital - Cliquez ici pour visionner ce forum dès 11 h 30 (heure centrale) sur le site de l'Université de Saint-Boniface
  • Kapuskasing (Ontario), 7 octobre : Débat des candidats et candidates de la circonscription d'Algoma-Manitoulin-Kapuskasing - Ce débat organisé par CKGN, la radio francophone de Kapuskasing, aura lieu à 19 h (heure de l'Est) Cliquez ici pour écouter en direct

30 circonscriptions à surveiller

Ensemble, les francophones vivant dans neuf provinces et trois territoires font 2,6 millions de fois la différence! Dans 29 circonscriptions, nous formons au minimum 5 % de la population, et c’est sans compter plusieurs autres circonscriptions où notre vote peut décider d’une lutte serrée. Voici une liste de 30 circonscriptions d’intérêt au niveau du vote des francophones.

Note : Le tableau montre les résultats des élections du 19 octobre 2015 selon les données préliminaires d'Élections Canada.
Province Circonscription % francophones Résultats de 2011 Résultats de 2015
Île-du-Prince-Édouard Egmont 8,4 % Conservateur Libéral
Nouvelle-Écosse Cap Breton – Canso 6,6 % Libéral Libéral
Nova-Ouest 14 % Conservateur Libéral
Nouveau-Brunswick Acadie-Bathurst 83 % NPD Libéral
Beauséjour 64 % Libéral Libéral
Fredericton 8 % Conservateur Libéral
Madawaska-Restigouche 81,1 % Conservateur Libéral
Miramichi – Grand Lake 23,9 % Conservateur Libéral
Moncton-Riverview-Dieppe 34,1 % Conservateur Libéral
Tobique-Mactaquac 16,7 % Conservateur Libéral
Ontario Algoma-Manitoulin-Kapuskasing 27,4 % NPD NPD
Carleton 8,1 % Conservateur Conservateur
Glengarry-Prescott-Russell 60,9 % Conservateur Libéral
Kanata-Carleton 7,3 % Conservateur Libéral
Nepean 7,5 % Conservateur Libéral
Niagara-Centre 6,5 % NPD Libéral
Nickel Belt 39,8 % NPD Libéral
Nipissing-Timiskaming 16,4 % Conservateur Libéral
Ottawa-Centre 11,1 % NPD NPD
Ottawa-Ouest-Nepean 9,1 % Conservateur Libéral
Ottawa-Sud 15,7 % Libéral Libéral
Orléans 33,5 % Conservateur Libéral
Ottawa-Vanier 32,1 % Libéral Libéral
Stormont – Dundas – South Glengarry 19,8 % Conservateur Conservateur
Sudbury 20,4 % NPD Libéral
  Timmins-Baie James 30,5 % NPD NPD
Manitoba Provencher 9,8 % Conservateur Conservateur
Saint-Boniface – Saint-Vital 13,2 % Conservateur Libéral
Winnipeg-Sud 5,2 % Conservateur Libéral
Alberta Edmonton-Centre 2,5 % Conservateur Libéral

Contact média

Serge Quinty
Directeur des communications
FCFA du Canada
(613) 241-7600 poste 1
s.quinty@fcfa.ca